santé

La santé au quotidien

  • Pour toutes les questions de santé je me base sur mes connaissances et mes expériences . En aucun cas je n'ai la prétention de remplacer un vétérinaire. Les informations contenues dans cette rubriques ne sont que des conseils ou des explications simples sur des sujets courants et/ou communs donc pour toutes ces questions il faut TOUJOURS se référer à votre vétérinaire
  • Le choix de votre vétérinaire :

Il faut bien choisir votre vétérinaire car vous devez pouvoir lui faire confiance en cas d'urgence ou autre. Pour cela renseignez-vous autour de vous sur ce que les gens pensent des vétérinaires autour de chez vous. Vous pouvez également le questionner pour savoir s'il connaît la race de votre chien avec ses spécificités ou s'il est prêt à se renseigner auprès d'autres professionnels qui la connaisse. Avoir confiance en un vétérinaire c'est comme avoir confiance en son médecin de famille, c'est une question de ressentit et donc pas évident de trouver cela. Il faut parfois du temps et s'éloigner un peu de chez vous pour trouver le "bon", celui qui convient à vous et à votre animal. Cela est d'autant plus important lorsqu'il y a une décision vitale à prendre.

  • Les Vaccins :

Ils sont partagés en 2 étapes:
>Les Primo vaccins : ils nécessitent 2 injections, la 1ère est faite avant le départ du petit de l'élevage et la 2ème injection doit être faite par vous propriétaire à environ 1 mois d'intervalle . Les 2 injections sont nécessaires car la 1ère prépare le système immunitaire du chiot pour lui permettre de mieux assimiler la défense de la 2e. C'est lors de cette 2e injections qu'il est possible de faire le vaccin de la rage . On considère qu'un chien est protégé environ un mois après la 2ème injection.
>Le Rappel de vaccins : il est à faire tous les ans dans les environs de la date de la 2ème injection de primo vaccination. Le rappel de la rage ce fait au même moment.

>Cas particuliers : lors des primo vaccins et rappels génériques il y a le vaccin contre la toux du chenil mais sous forme virale uniquement. Nous vous conseillons donc de profiter de la 2ème injection lors des primo-vaccins, puis lors des rappels, de faire aussi vacciner votre chien contre la toux du chenil bactérienne, elle se fait soit par piqûre soit par Inhalation dans le nez sous forme de spray, en ce qui nous concerne nous préférons la 2e solution cependant elle n'est pas disponible chez tous les vétérinaires et dépend de la préférence de votre vétérinaire. Ce vaccin est d'autant plus important si votre chien est souvent au contact d'autres chiens susceptible de transmettre la maladie ( lors d'expositions, de concours, en club canins, ...)
De même pour la Piroplasmose (transmise par les piqûre de tiques), nous vous conseillons de parler avec votre vétérinaire savoir ce qu'il en pense et s'il y a lieu de faire se vaccin en fonction de votre lieu d'habitation.

DANS TOUS LES CAS DEMANDER CONSEIL A VOTRE VETERINAIRE !

  • Le Vermifuge :

Les vermifuges sont utilisés pour lutter contre ou prévenir l'apparition des parasites intestinaux ( appelés "vers") qui vont provoquer des troubles digestifs (ou autres) aux animaux .Ces vers peuvent être repérés de différentes façons, soit l'animal montre un poil en mauvais état, un amaigrissement inexplicable alors qu'il mange correctement, etc... Soit par la présence de ces mêmes vers dans les selles (les crottes), ils sont de couleurs, de tailles et de formes variées mais ressemble tous à l'image général que l'on a des vers.

Lors des 6 premiers mois de vie de votre chien il faut le vermifuger tous les mois, puis 6 mois après et à partir de 1 an il peut être fait entre une fois et quatre fois par an (en fonction des saisons, de la sensibilité de votre animal et mais aussi en fonction des autres animaux en contacte direct et/ou régulier avec votre chien) . Le vermifuge doit être changé régulièrement afin que les parasites intestinaux ne s'habituent pas à la molécule utilisé.

Si vous possédez d'autres animaux il faut également les traiter car cela permet d'éviter la propagation ou de la limiter

Votre vétérinaire vous conseillera le vermifuge le plus adapté donc il faut bien suivre sa prescription .

  • Les Antiparasites Externes :

Les parasites externe sont les tiques, les puces, les poux, et autres parasites ou insectes dont la piqûre peut transmettre des maladies et/ou provoquer diverses autres troubles (démangeaisons, dépilations, allergies, ...) à votre animal.

Il existe plein de produits de différentes sortes afin de prévenir ou de lutter contre ces parasites. Il y a ceux qui stérilisent les parasites mais qui ne les tue pas, il y a ceux qui tue les parasites mais ne les stérilisent pas, Il y a ceux qui font les 2, il y a ceux qui traitent que l'animal ou que l'environnement, ceux qui traitent les 2 etc... Certains traitent aussi les parasites internes.

Dans tous les cas si une invasion se produit il faut traiter l'animal et son environnement, ainsi que les autres animaux que vous possédez, et c'est votre vétérinaire qui vous conseillera le/les produit(s) le(s) plus adapté(s) . De même juste pour protéger votre animal votre vétérinaire pourra vous conseiller ce qui est adapté à votre chien et vous. Lorsque vous traitez votre chien, il faut aussi traiter les autres animaux qui l'entoure, par exemple si vous avez un ou plusieurs chats ou un (ou plusieurs) autre chien chez vous comme pour le vermifuge .

Dans la plupart des cas, le traitement (qu'il soit en pipette, en spray, en cachet,..) est à renouveler tous les mois (surtout lors des saisons chaudes et humides qui permet une prolifération plus importante de tous les parasites). Et en ce qui concerne le spray ou la pipette, il faut éviter de mouiller l'animal pendant les 3 à 4 jours suivant l'application .

  • L' Entretien :

Globalement l'akita et le FSM sont des chiens robustes et rustique qui nécessitent peu d'entretien.

Il faut quand même surveiller la pousse des griffes et les coupez si elle deviennent trop longues, attention il ne faut pas oublier les ergots (résidu d'un 5e doigt à l'intérieure des pattes), certains chiens possèdent des ergots aux pattes arrières mais la plupart n'en n'ont qu'aux pattes avant.

De même il faut surveiller les yeux car des yeux qui coulent peuvent être un signe de conjonctivite ou de canal lacrymal bouché. Il existe dans le commerce des produits pour leur entretien qui sont très bien et souvent associés aux oreilles

Il faut également surveiller les oreilles, elles doivent être propres et ne pas dégager d'odeur désagréable. les produits d'entretien sont comme dit auparavant souvent les même que pour les yeux.

La peau doit être saine et ne pas dégager d'odeur forte et désagréable ( attention si votre chien s'est roulé dans la boue juste avant l'odeur et le poils peut ne pas être en rapport avec la qualité de la peau) et le poils doit être brillant, si elle présente une sécheresse cutanée ou une hyperséborrhée (elle produit trop de sébum, aspect de la peau grasse) il faut prendre conseils auprès de votre vétérinaire. Si la peau présente une perte de poils importante (n'ayant aucun rapport avec la mue) associée avec une sécheresse cutanée et une forte odeur rendez-vous à la rubrique Adénite Sébacée (plus bas dans la page) et consulter votre vétérinaire le plus rapidement possible en lui parlant de cette maladie afin qu'il effectue les analyses nécessaires.

Cas particulier la mue chez l'akita : elle se produit 2 fois par an ( jusqu'à 4 fois par an si votre animal vie dans une maison ou un appartement trés chauffé) . Elle est très impressionnant et dure environ 2 semaines . Lors de ces périodes il faut brosser votre chien au moins 1 fois par jour et le temps de brossage peut varier suivant l'intensité de la mue et l'accroche de la bourre (le poil mort aussi appelée laine d'akita) au reste de la fourrure. Certaines personnes gardent les mues de leur akita afin d'en faire des pelotes de laines pour ensuite tricoter des pulls . Les pulls en laine d'akita sont aussi chaud et parfois plus doux que ceux en laine de mouton etc...agraphe ici

Les maladies principales

  • Comme dans toutes les races il existe des risques d'allergies ou d'hypothyroïdies qui nécessitent des traitements et/ou une alimentation approprié. Je ne connais pas les statistiques.

La Dysplasie Coxo Fémorale : Classement des hanches allant des hanches saines aux hanches malades handicapants le chien ( la dysplasie touche environ 20% des chiens de chaque race et ce malgré les soins apportés à la sélection des reproducteurs)

L'Adénite Sébacée : Maladie auto immune touchant la peau des chiens n'entraînant pas la mort du chien

Le Syndrome Uvéodermatologique(ou VKH -Syndrome de Vogt-Koyanagi-Harada) : Maladie auto immune touchant les yeux et la peau du chien entraînant la mort à plus ou moins long terme .
Explication sur la génétique ​.

​La Dysplasie Coxo Fémorale :

Est accepté pour la recommandation et l'homologation de titre de champion de France les Akita Inu dont les hanches sont radiographiées A ou B

Tableau récapitulatif des cinq catégories

Dyplasie A
Dyplasie B
Dyplasie C
Dyplasie D
Dyplasie E
Pas de Dysplasie
Hanches presques normales
Signe de dysplasie
Dysplasie importante
Dysplasie grave nécessitante l'opération de la hanche (la tête du fémur est alors complètement luxée)

Le fémur possède une tête qui s'emboîte dans le bassin. Il y est maintenu en place grâce à des fibres tout autour de l'articulation, par les muscles (les fessiers entre autres) et par un ligament qui la fixe au fond.
Lors de dysplasie de la hanche, il existe une laxité excessive du ligament, et celle-ci se « promène » alors anormalement dans sa cavité.
A plus ou moins long terme, ce mal-fonctionnement va déboucher sur l'apparition progressive d'arthrose, et d'une déformation de la cavité.
Elle est rencontrée chez de nombreuses races de chien qu'on ne pourra pas toutes citer: ce sont principalement des chiens de races moyenne et grande.
Jusqu'à 20% et plus des chiens de certaines races sont atteints.
S'il ne fait aucun doute que la transmission est héréditaire, les facteurs d'élevage sont également importants dans l'apparition de la maladie: une alimentation de bonne qualité, bien équilibrée en minéraux en particulier (calcium et phosphore), est importante lors de la croissance de ces chiens de grand format. De même qu'un excès d'exercice et des traumatismes articulaires chez des jeunes chiots peuvent favoriser l'apparition de troubles de la croissance tels que la dysplasie de la hanche.

Le mode de transmission génétique de la maladie est complexe et il est difficile de dépister la maladie de bonne heure. L'éradication du problème demande donc beaucoup de temps et d'effort de la part des éleveurs et de la société centrale canine (SCC) .

Il est difficile de dépister les premiers signes de la maladie.
Chez les jeunes chiots, on pourra d'abord remarquer une démarche bizarre, chaloupée (le chien dandine du train arrière).
Toutefois, de nombreux chiots présentent cette démarche, qui n'implique pas forcément une évolution vers un problème grave.

Les premières douleurs peuvent apparaître vers l'âge de 6 à 8 mois, mais elles peuvent également passer inaperçues et se résoudre rapidement.
Les signes de problème sont ensuite ceux dû au développement plus ou moins précoce d'arthrose. Le chien présente une boiterie, principalement à froid (matin ou après être resté longtemps couché). Les symptômes et le développement de l'arthrose sont toutefois très variables d'un chien à l'autre: certains chiens présentant une dysplasie très importante (grande laxité articulaire) ne développeront pas d'arthrose avant cinq ou six ans, alors que d'autres présentant un léger défaut seront atteints très tôt et de façon intense.

Le diagnostic :
Le vétérinaire peut suspecter cette maladie chez un chien par un examen rapproché des membres. Le diagnostic est posé grâce à une radiographie. Cette radiographie est réalisée après l'âge de un an car avant on risque de ne pas détecter la maladie.
De nombreux clubs de races pratiquent un dépistage systématique de cette affection par des radiographies précoces.

Le traitement :
Comme nous l'avons dit plus haut, les signes de la maladies sont liés à l'apparition d'arthrose qui entraîne une douleur de l'articulation. Le traitement peut être médical ou chirurgical. Le traitement médical consiste en l'administration d'anti-inflammatoires qui soulagent la douleur.
Il existe également aujourd'hui de nombreux traitements qui permettent de ralentir l'évolution de l'arthrose et de réduire également la douleur.
Les traitements chirurgicaux sont nombreux, leur choix est fait en fonction de l'individu, de son état de santé et de l'étendu de son problème.

Les recours légaux :
La dysplasie de la hanche est inscrite sur la liste des vices rédhibitoires du chien. Cette inscription permet à l'acheteur de se faire rembourser intégralement le chien s'il a été vendu avec ce vice caché.
Toutefois, en aucun cas le vendeur n'est tenu de rembourser les frais de traitement occasionnés par la maladie s'ils ont été pratiqués sans son accord.
De plus, le délai légal pour assigner le vendeur en justice, est de trente jours après livraison de l'animal. Etant donné l'âge d'achat d'un animal (deux mois environ) et le développement souvent tardif des signes de la maladie, il est rare de pouvoir intenter une action en justice pour ce motif.
Les seuls recours légaux passés ce délai d'un mois sont en théorie la nullité de vente basée soit sur une erreur de la qualité potentielle de l'animal acheté (le chien ne correspond pas à l'utilisation qu'on voulait en faire, si 'elle a été précisé lors de l'achat), soit sur le dol (vente d'un objet présentant un défaut en toute connaissance de cause : encore faut-il le prouver!) .
Dans tous les cas, l'idéal est de parvenir à un accord amiable en contactant l'éleveur.

Par ailleurs, les éleveurs font beaucoup d'efforts aujourd'hui pour lutter contre cette maladie qui touche de plus en plus de race et d'individus parmi ces races. Ils sont donc très attentifs et intéressés par le devenir de leurs animaux et la qualité de leurs reproducteurs vis-à-vis de ce vice.

​L'Adénite Sébacée :

L' adénite sébacée (AS) est une maladie auto-immune, qui détruit progressivement les glandes sébacée dont "la fonction est la production du sébum pour protéger la peau contre les agressions extérieures. Le dérèglement de ces glandes a pour conséquence le dessèchement de la peau et des poils (apparition de pellicules, pertes de poils). N' étant plus protégé, l'épiderme du chien est alors exposé à des dermites très prurigineuses et malodorantes. Sur le corps du chien apparaissent des zones où il n' y a plus beaucoup de poils, voire plus du tout." (extrait "Livret de race Akita-Inu", publié par le CFCNSJ).

D' après le Docteur Pfeiffer, responsable de la recherche sur l' adénite sébacée à l'université de Göttingen en Allemagne, environ une quarantaine de races et aussi les chiens croisés sont touchés par l'AS

Chez l'Akita on a constaté que la maladie se manifeste dans la plupart de cas entre l' âge de 15 mois et 5 ans, mais elle peut également se déclarer plus tard. Le pourcentage des mâles atteints étant légèrement plus élevé.
Les symptômes de l'AS chez l'akita sont principalement:

- une chute partielle ou totale des poils (surtout sur la tête, le dos, la queue),
- perte de sous-poil,
- poils très secs, pellicules,
- écailles noires qui adhèrent à la base des poils,
- odeur de moisi,
- fièvre,
- perte du poids,
- infection des oreilles,
- croûtes ou/et plaies

(le chien ne les présentant pas nécessairement tous)

Certaines maladies de peau (allergies, séborrhée grasse, .....) provoquent des symptômes similaires à ceux de l'AS. Seulement une biopsie de peau peut confirmer ou infirmer le diagnostic AS.

D'après le Docteur Ina Pfeiffer, l'AS peut avoir plusieurs causes possibles

- une maladie héréditaire,
- un défaut du système immunitaire, déclenché par un mécanisme inconnu,
- une anomalie plus généralisée de la croissance de la peau et des poils.


Bien que la thèse de la maladie héréditaire soit favorisée dans les publications à ce sujet, personne n'a encore prouvé le caractère d'héritabilité de l' AS . On ne connaît pas encore le mécanisme qui amène les cellules de l'immunité à se retourner contre lui même en provoquant la destruction des glandes sébacées. D'où l' intérêt de soutenir les recherches en cours à ce sujet.

Le traitement

Tout d'abord on traite les maladies de peau avec de la Cyclosporine et de la Cortisone mais les résultats ne sont pas toujours convaincants.
Pour les infections secondaires à staphylocoques les prescriptions sont en général des antibiotiques sur une durée de plusieurs semaines.
Une méthode efficace pour remplacer le sébum manquant et créer un film protecteur sur la peau asséchée consiste dans l'application des bains d'huile complété par l' administration de compléments alimentaires riches en acides gras essentiels (oméga 3 et 6) et de vitamines (A,C et E).
Dans la plupart des cas, on arrive à soulager le chien mais il n'en guérira jamais (les glandes sébacées une fois détruitent ne se régénèrent pas ). C' est donc un traitement à vie et des rechutes peuvent survenir à tout moment.

Quel espoir pour le futur?

En 2003 la WUAC (World Union of Akita Clubs, Union Mondiale des Club d'Akita) a lancé un projet de recherche, dont est chargé l'université de Göttingen en Allemagne, plus précisément le Professeur Brening ainsi que le Docteur Pfeiffer, financé en grande partie par le JKC (Japanese Kennel Club). Le but étant de trouver le ou les gènes responsables de la maladie, savoir comment l' AS est transmise et pour au final arriver à développer un test génétique de dépistage de l'AS.
De plus une étude à été lancé par le CNRS de Rennes sur les gênes responsables de l'AS et du VKH depuis 2013 . Une grande campagne de prélèvements sanguins a été commencé sur des chiens "sains" (d'aspect et des chiens malades (gratuit ou remboursé par le cnrs). Le but de cette étude, à long terme, est de créer un outil de diagnostic et/ou de dépsitage pour les éleveurs et les vétérinaires afin de limiter voir d'éradiquer ces maladies mais cela reste dans un lointain avenir pour l'instant . Pour cela n'hésitez pas à vous renseigner auprès du CNRS pour savoir s'ils ont encore besoin d'échantillon .

​Le Syndrome Uvéodermatologique(ou VKH -Syndrome de Vogt-Koyanagi-Harada) :

L'appellation réelle de cette maladie est syndrome uvéodermatologique mais la coutume fait que l'on utilise également le nom de syndrome de Vogt-Koyanagi-Harada ou VKH car c'est le nom de la maladie chez l'homme.

Avec l'adénite sébacée, le VKH est la maladie auto-immune la plus redoutée des propriétaires d'Akita. Sans pour autant tomber dans le catastrophisme, chaque propriétaire d'Akita doit être vigilant à l'apparition éventuelle des symptômes du syndrome de VKH afin de mettre en marche le traitement le plus rapidement possible.

Le syndrome uvéo-cutané (ou oculo-cutané) est similaire au syndrome de Vogt Koyanagi Harada (VKH) rencontré chez l'homme. C'est une dermatose rare s'accompagnant de lésions oculaires, cutanés et pilaires. La maladie a été décrite en médecine vétérinaire pour la première fois en 1977 par Asakura (ASAKURA et al., 1977).

Actuellement, l'hypothèse admise est celle d'une réaction immunitaire dû à une hypersensibilité dont le ou les facteurs responsables sont encore inconnus. Il en résulterait une réaction auto immune contre la mélanine et les mélanocytes dans les organes en contenant. Différents types de lymphocytes T présentant une activité contre les mélanocytes ont pu être identifiés . Un mécanisme similaire a été proposé chez le chien .
Une autre théorie postule que le syndrome serait une variante du vitiligo avec une prédilection des auto-anticorps envers le pigment de l'oeil.
Une autre hypothèse avance l'idée qu'un agent viral serait responsable d'une immuno-sensibilisation dirigée contre les mélanocytes.
En fait les symptômes cutanés semblent résulter d'une extension du processus immunologique induit dans l'oeil.

Le syndrome uvéo-cutané est une affection rare qui touche préférentiellement les chiens de races nordiques et japonaises. Ainsi les races Akita-Inu, , , , et sont les plus touchées par la maladie. d'autres cas ont été observé chez le , le et le . Il n'y a pas de prédisposition sexuelle. Toutefois, certaines sources décrivent une incidence un peu plus élevée chez les mâles.

Les Symptômes

La maladie est caractérisée par des lésions de la peau associées à des symptômes dans les yeux.
Les signes oculaires précèdent généralement les signes cutanés mais il arrive que les deux phases soient simultanées. .
- Signes oculaires :
On observe initialement une uvéite bilatérale évoluant rapidement vers une fermeture de l'angle iris-cornée, un glaucome, une cataracte, entraînant de la cécité (le chien devient aveugle).
Une dépigmentation de l'iris est également notée.
Un oedème de la cornée, une conjonctivite et des écoulements de liquide peuvent être présents dans certains cas ainsi qu'une hémorragie ou une dégénérescence rétinienne.
Les symptômes de l'uvéite incluent une rougeur de l'œil, une démangeaison, un suintement, une sensibilité à la lumière et de la souffrance.
Ces symptômes sont souvent pris, à tort, pour une simple conjonctivite et le traitement est ainsi retardé.
Le syndrome de VKH attaque les yeux de manière très agressive. Un diagnostic et un traitement précoce sont très importants pour réduire les dommages aux yeux et contrôler le cours de la maladie.

- Signes cutanés :
Ils apparaissent généralement après l'installation de l'uvéite. Il s'agit de dépigmentation principalement sur la face (truffe, lèvres, paupières), l'anus et sur les coussinets plantaires.
La truffe est plus particulièrement touchée avec de lésions de dépigmentation,des croûtes et de l'érythème.
Certains décrivent également une ulcération associée à cette dépigmentation.
La dépigmentation peut s'étendre aux poils, elle commence généralement avec les cils et les poils de la gueule. Dans de rares cas, la dépigmentation peut s'étendre à l'ensemble du corps.
Les mâles présentent parfois des lésions au scrotum et les femelles des lésions de la vulve. Le plus souvent, il n'y a pas d'inflammation visible des zones dépigmentées.
Toutefois ces zones peuvent, dans certains cas, présenter de l'érythème, des érosions, des ulcérations de la peau (autour des paupières, des lèvres, de la truffe, des organes génitaux, de l'anus et souvent des coussinets) et des croûtes (peut-être liés à la sensibilité à la lumière).
Les lésions peuvent démanger et une atteinte des glandes lymphatiques est fréquente. Un épaississement des coussinets a été décrite dans de rares cas.

- Signes généraux :
L'état général est souvent altéré avec de l'abattement et de l'anorexie.

- Signes neurologiques :
Classiquement, les symptômes neurologiques de méningite sont absents du tableau clinique. Un seul article décrit chez le chien des lésions méningées post-mortem similaires à celles observées chez l'homme (DENEROLLE et al., 2000).

Le Diagnostic

Il se fonde sur l'historique et les antécédents des individus des races concernés (races nordiques et japonaises) et sur l'association uvéite/dépigmentation cutanée. Le diagnostic pourra être plus difficile si les propriétaires ne rapportent pas de symptômes oculaires. Il est donc important d'effectuer un examen attentif de l'oeil sur tous les chiens présentés pour dépigmentation faciale.

Chez les chiens, les Akita sont malheureusement ceux qui paient le plus lourd tribu à cette maladie mais quelques cas ont aussi été diagnostiqués chez d'autres races nordiques. Les premiers cas ont été rapportés chez deux Akita au Japon en 1977, ce qui peut expliquer pourquoi la majorité des recherches a lieu dans les universités japonaises.

Les chiens atteints du syndrome de VKH commencent à développer les symptômes entre l'âge d'un an et demi et deux ans.
Les tests pour ce diagnostic difficile passent par une analyse chimique du sang et des biopsies de peau. De nombreux chiens atteints du syndrome de VKH ont aussi une maladie auto-immune de la thyroïde (hypothyroïdie).

Le " Traitement"....

Comme pour toutes les maladies, le pronostic dépend en grande partie du degré de sévérité.
Des cas légers ont une rémission et restent sans symptôme pendant des mois ou même des années.
Stabiliser le système immunitaire, avec ou sans perte de vision, est le premier but du traitement mais les médicaments utilisés ont souvent plus d'effets secondaires néfastes que la maladie elle-même.
Cependant, il n'y a pas d'autre alternative. Une application de corticostéroïdes et de l'atropine sont utilisées pour réduire l'inflammation des yeux.
Lorsqu'un glaucome secondaire est présent, des médicaments supplémentaires peuvent être utilisés pour réduire la pression dans les yeux, malheureusement le glaucome est très douloureux et une chirurgie au laser est souvent nécessaire.
Dans les cas particulièrement extrêmes on peut retirer les yeux pour soulager la douleur.
Les Akita aveugles s'habituent très bien et rapidement à leur état et à leur environnement, c'est une autre démonstration de l'incroyable résistance et adaptabilité de nos Japonais.

Des médicaments qui ont pour objet de supprimer le système immunitaire sont utilisés à très fortes doses dans le traitement du syndrome de VKH.
Les effets secondaires de ces médicaments incluent une soif anormale, une augmentation de l'appétit, un fort halètement, la possibilité d'infections virales et/ou bactériennes secondaires et certains changements de comportement.
Les médicaments sont d'abord donnés à forte dose pour contrôler l'inflammation puis diminués petit à petit jusqu'à atteindre une dose minimale qui puisse maintenir l'Akita dans un état le plus optimal possible.
Malheureusement les rechutes ne sont pas rares.

Trouver un vétérinaire ophtalmologiste ayant des connaissances sur cette maladie est important. Une fois que le chien est diagnostiqué et que le traitement a débuté, les observations que pourra noter le maître sont importantes pour le pronostic ultérieur.

Actuellement, la cause de la maladie chez l'homme et chez le chien est inconnue mais si l'on regarde des études menées chez des patients humains, elles suggèrent une mort prématurée des mélanocytes causée par une cytotoxicité des cellules T. En d'autres mots, quelque chose est directement toxique pour ces cellules.
Le syndrome de Vogt-Koyanagi-Harada est une maladie terrible qui plonge le chien et son maître dans une détresse totale car, en plus de la douleur qu'elle engendre pour le chien qui en est victime, elle laisse bien souvent la médecine vétérinaire impuissante. Espérons, pour le bien-être de notre race et des autres qui sont également affectées, qu'un remède efficace sera trouvé et que les recherches en cours dans différents pays aboutiront à un test de dépistage et une connaissance concrète du mode de transmission de la maladie.

Autre difficulté que nous rencontrons c'est que nous ignorons le mode de transmission de cette terrible maladie, elle est d'origine génétique mais est-elle héréditaire? Pour l'instant nous l'ignorons.

Dans le langage courant, "génétique" et "héréditaire" sont à tort perçus comme synonymes.
Par exemple, Le cancer est une maladie génétique au sens où il est causé par des mutations de certains gènes impliqués dans les mécanismes régulant la division des cellules et empêchant leur prolifération : gènes intervenant dans la réparation de l'ADN, gènes suppresseurs de tumeurs, qui une fois mutés ne peuvent plus "faire leur travail", etc…
Mais attention, le cancer n'est, le plus souvent, pas héréditaire - comme le sont les myopathies par exemple : dans la majorité des cas, le cancer n'est pas génétiquement transmis de génération en génération. On peut cependant hériter d'un "gène de prédisposition" qui confère un risque accru de développer la maladie. Cependant la présence du gène de prédisposition ne suffit en général pas à le provoquer : d'autres gènes, mutés sous l'action de facteurs environnementaux, sont nécessaires.
Ces facteurs sont : les substances cancérigènes naturelles ou de synthèse, absorbées via l'alimentation ou inhalées (par exemple dans le tabac) ; les radiations ionisantes (radioactivité) ; certains virus…
Bref, le cancer est une maladie avec de multiples facteurs.

Le VKH est-il une maladie à facteurs multiples comme le cancer ou bien uni factoriel (lié à un seule gène) et donc suivrait la loi de Mendel ? Là est toute la question.

​Explication sur la génétique 

La Loi de Mendel est une loi sur l'hérédité d'UN seul gêne, elle explique les facteurs potentiels de transmission de ce gêne.

Un gêne est appelé récessif quand il ne peut s'exprimer que s'il est transmit par les 2 parents (m/m). Dans ce cas la descendance ne transmettra que ce gêne.

Si l'un des 2 parents transmet un gêne dominant (S/m) alors l'animal sera porteur du gêne récessif mais ne le montrera pas, cependant il pourra le transmettre. Un gêne dominant est un gêne qui s'exprimera de toute façon.

Lorsque les 2 parents ne transmettent qu'un gêne dominant (S/S) alors leur descendance ne montrera que ce gêne et ne pourra transmettre que ce gêne.

Chien Sain S/S
Chien Porteur S/m
Chien Malade m/m
Chien Sain S/S
100% chiots sains S/S
50% chiots sains S/S
50% chiots porteurs S/m
100% chiots porteurs S/m
Chien Porteur S/m
50% chiots sains S/S
50% chiots porteurs S/m
25% chiots sains S/S
50% chiots porteurs S/m
25% chiots malades m/m
50% chiots porteurs S/m
50% chiots malades m/m
Chien Malade m/m
100% chiots porteurs S/m
50% chiots porteurs S/m
50% chiots malades m/m
100% chiots malades m/m

La reproduction des chiens malades étant interdite par la loi de protection animale, et si elle est faite hautement condamnable, nous ne devrions trouver que ces cas là réellement que ce soit en VKH ou en Adénite Sébacée

Chien Sain S/S
Chien Porteur S/m
Chien Sain S/S
100% chiots sains S/S
50% chiots sains S/S
50% chiots porteurs S/m
Chien Poteur S/m
50% chiots sains S/S
50% chiots porteurs S/m
25% chiots sains S/S
50% chiots porteurs S/m
25% chiots malades m/m

Il semblerait de plus que toutes les lignées soient plus ou moins porteuse de l'AS et du VKH. Donc si nous retirons tous les chiens supposés être porteurs sans en être sûr nous risquons de tous simplement plus avoir d'Akita inu. Or comme vous pouvez le voir que mêmes dans les lignées ou des chiens sont malades statistiquement il y'en a autant qui sont totalement sain. Donc faut-il interdire la reproductions des frères et soeur non malades, l'avis partage le monde de l'élevage...

Il est important de re préciser que ses tableaux sont valables UNIQUEMENT si ces maladies suivent les lois de Mendel (donc un seul facteur lié sur 1 à 3 gènes uniquement), et que si elles ne les suivent pas (maladie avec de multiples facteurs) les risques d'apparition des maladies est d'autant plus difficile à détecter puisqu'elles ne suivent aucun schéma et en sont donc d'autant plus épisodique. Dans ce cas là que faire des reproducteurs qui ont fait 1 ou 2 chiens malades sur la totalité de leur production? (qui peut allée pour certains mâles à plus de 200 chiots), encore une question qui n'a pas de réponse...

Nos pensées accompagnes les maîtres de chiens malades qui se battent contre la maladie. Cependant il ne sert a rien de condamné un éleveur qui essaye de faire de son mieux et qui lui aussi se retrouve fortement et moralement touché de voir des chiots, qu'il a fait naître avec amour et passion, tomber si gravement malade, car tout éleveur consciencieux essayera de faire un geste face au désespoir des maîtres.